Image
Abigale Latoszek
Leucémie lymphoblastique aiguë de type B

Abigale Latoszek

Leucémie lymphoblastique aiguë de type B

St.John's NL
Canada

Quote
Abi n’est pas seule. Nous ne sommes pas seuls. Vous n’êtes pas seuls.

Abigale avait cinq ans lorsqu’elle a reçu un diagnostic de leucémie lymphoblastique aiguë de type B à risque normal. Nous étions complètement sous le choc. C’est le pire cauchemar d’un parent qui devenait pour nous réalité. On entend parfois des histoires d’enfants qui luttent contre le cancer, mais on se dit toujours : « Ça n’arrivera pas à notre famille. » Quand nous avons reçu son diagnostic, nous ne savions pas vraiment comment Abigale comprendrait le cancer. Nous devions lui dire que son corps était malade, même si elle n’avait pas les symptômes qu’elle connaissait, comme une toux ou un nez bouché. Les premiers jours, nous avons même évité de lui dire qu’elle avait le cancer pour nous laisser un peu de temps pour assimiler la nouvelle.

Depuis sa première admission à l’hôpital, Abigale a été hospitalisée à de nombreuses reprises pour différentes raisons – certaines hospitalisations étaient prévues, d’autres pas du tout. Ces dernières sont assez effrayantes. Il faut souvent simplement attendre et espérer que la numération globulaire d’Abigale se rétablisse sans qu’elle ait besoin d’une transfusion sanguine. Elle en a reçu plusieurs depuis le début de son expérience avec le cancer. Nous espérons que les médecins trouveront également la cause de ses fièvres. C’est vraiment un cauchemar.

Pour nous, le plus difficile jusqu’à présent est de voir Abi dans ses mauvais jours; les jours où elle résiste aux infirmiers et ceux où elle est épuisée ou malade. C’est très dur à voir. Nous avons appris à vivre un jour à la fois, en trouvant ce qui l’aide à rester calme et ce qui la rend à l’aise et heureuse. Comme Abigale adore danser et chanter, nous essayons de nous adonner à ces activités autant que son corps le permet. Mais ce qui la rend le plus heureuse, ce sont les chevaux : nous la laissons participer à ses cours d’équitation lorsqu’elle se sent bien et qu’elle peut y assister. En outre, savoir qu’elle a une équipe extraordinaire derrière elle et un très grand nombre de sympathisants nous aide à faire face aux journées difficiles.

Quand on ne souhaite que le meilleur pour son enfant, il est extrêmement déchirant de recevoir un tel diagnostic. La vie défile devant vos yeux et vous avez l’impression d’être dans un cauchemar. Si vous êtes parent et que votre enfant reçoit un diagnostic de cancer, prenez une grande inspiration, et sachez que votre enfant est plus fort que vous le pensez et que vous obtiendrez tout le soutien dont vous avez besoin pendant cette sombre période. Après avoir traversé cette épreuve, vous verrez le monde sous un jour nouveau.

Ce sera notre cinquième année de participation à l’événement Illumine la nuit de la Société de leucémie et lymphome du Canada (SLLC). Avant qu’Abigale reçoive son diagnostic, nous marchions à la mémoire de George Murphy, le grand-père de Staci (la maman d’Abigale), qui a perdu son combat contre la leucémie myéloïde aiguë en 2013. Il va donc sans dire que la SLLC a joué un rôle très important pour notre famille. Nous sommes très reconnaissants de pouvoir nous appuyer sur cette communauté. Rencontrer ses membres et apprendre à les connaître a été une expérience inestimable.

Abigale a maintenant sept ans et sera en traitement d’entretien jusqu’au mois de juillet 2022. Espérons qu’elle en sorte guérie! Elle a été si courageuse tout au long de ce parcours, et nous sommes extrêmement fiers d’elle. Abi nous a prouvé qu’elle est PLUS FORTE QUE FORTE!

Abi n’est pas seule. Nous ne sommes pas seuls. Vous n’êtes pas seuls.

Abigale Latoszek
Quote
Abi n’est pas seule. Nous ne sommes pas seuls. Vous n’êtes pas seuls.

Avez-vous une histoire à raconter?

En tant que supporter, en mémoire ou en tant que survivant… partagez avec les autres pourquoi vous aidez à mettre fin aux cancers du sang en participant à Illumine la Nuit.