Image
Lori Mitchell.jpg

Lori Mitchell

Edmonton AB
Canada

Lorsque la leucémie myéloïde aiguë (LMA) s’est abattue sur Lori et sa famille, il ne faisait aucun doute que Lori s’y attaquerait avec la même férocité qu’elle s’était attaquée aux autres défis de sa vie. Au fil d’innombrables cycles de chimiothérapie, infections et séjours à l’hôpital ainsi que d’une greffe de moelle osseuse, elle a fait preuve de courage.

Lori est née en 1956 et elle était l’aînée de trois enfants. Elle était vaillante, brave et courageuse. Elle aimait la vie. Dès son plus jeune âge, Lori participait à toute sorte de sports – qu’il s’agisse de ski de fond, de vélo de route sur des distances ridiculement longues ou de sa ligue de soccer féminin. Elle était aussi très intelligente. En tant que comptable professionnelle agréée, elle était méticuleuse, attentive aux détails et, à son détriment parfois, perfectionniste. Elle était fière de tout ce qu’elle faisait. Mais ce dont elle était le plus fière, c’était sa famille. La famille était au centre de sa vie. Elle n’a jamais raté une partie de soccer, une rencontre d’athlétisme, une leçon d’équitation ou une vente de pâtisseries. Les moments passés entourés des personnes qu’elle aimait – son mari, ses filles, ses sœurs, ses parents, ses nièces et ses neveux – étaient ceux qui lui procuraient le plus grand bonheur.  

Lorsque la leucémie myéloïde aiguë (LMA) s’est abattue sur Lori et sa famille, il ne faisait aucun doute que Lori s’y attaquerait avec la même férocité qu’elle s’était attaquée aux autres défis de sa vie. Au fil d’innombrables cycles de chimiothérapie, infections et séjours à l’hôpital ainsi que d’une greffe de moelle osseuse, elle a fait preuve de courage. Sa foi et sa détermination inébranlables étaient réellement impressionnantes. Lorsqu’il a été établi que la greffe de moelle osseuse avait échoué et que les médecins et les infirmières ne pouvaient plus rien faire, Lori a ressenti une grande paix. Elle savait, tout comme sa famille, qu’elle avait fait tout ce qu’elle pouvait pour vaincre la maladie. Elle serait allée jusqu’au bout du monde pour profiter ne serait-ce que d’une seule journée supplémentaire avec sa famille. Au lieu de cela, elle a plutôt décidé que la LMA ne l’avait pas battue, mais que c’était elle qui avait vaincu le cancer. Elle n’a pas perdu la foi, et son amour est resté intact. Lori a été belle et pleine de vie jusqu’à ses derniers moments, quand sa lumière terrestre s’est éteinte beaucoup trop tôt.Elle souhaitait que sa famille soit florissante et qu’elle profite de la vie tout comme elle. Maintenant, plus de dix ans après son décès, sa famille continue de vivre son héritage à travers des choses qu’elle aurait aimées, comme marcher en son honneur lors de la Marche Illumine la nuit de cette année, pour la leucémie et le lymphome.