Image
Maria Lovsin_1.jpg

Maria Lovsin

Edmonton AB
Canada

J’ai survécu à un cancer du sang infantile, appelé leucémie lymphoblastique aiguë. J’ai reçu mon diagnostic le 29 mai 2012, à l’âge de 13 ans. J’ai terminé mon traitement juste après mon 16e anniversaire et je suis en rémission depuis! Je continue de me remettre et d’apprendre de mon expérience du cancer et je sais que j’ai beaucoup d’autres enseignements à en tirer. J’étudie actuellement pour obtenir une maîtrise en consultation psychologique et en psychothérapie à Adélaïde, en Australie, et j’aspire à rentrer chez moi et à aider les enfants et leur famille à guérir de leur combat contre le cancer. 

Je m’appelle Maria Lovsin et j’ai survécu à une leucémie lymphoblastique aiguë pendant mon enfance. J’ai reçu mon diagnostic le 29 mai 2012, à l’âge de 13 ans. Le début de mon combat contre le cancer a été bizarre, car mes symptômes se présentaient de façon anormale et ils laissaient malheureusement les médecins perplexes, ce qui a mené à de nombreux diagnostics différents avant j’apprenne enfin la vérité sur ma maladie. Pendant deux mois et demi, j’ai souffert de douleurs atroces, vraiment insupportables, aux jambes et au bas du dos, au point que j’étais incapable de marcher et que mon poids avait dangereusement diminué. Les visites quotidiennes aux urgences pour obtenir une réponse constituaient la norme. De nombreux médecins m’ont dit qu’ils ne savaient pas ce qui était à la source du problème ou qu’il faudrait que je m’habitue à vivre avec la douleur. Tandis que le cancer progressait dans ma moelle osseuse, les résultats des tests étaient tous négatifs, et, de ce fait, le cancer n’a jamais effleuré l’esprit des médecins. On m’a finalement adressée à un spécialiste de l’arthrite rhumatoïde pour voir si cette douleur n’était pas un cas grave d’arthrite rhumatoïde et on m’a enfin fait passer une imagerie par résonance magnétique. Pour reprendre la célèbre expression d’Augustus Waters… Je me suis illuminée comme un sapin de Noël… partout. Lorsqu’on m’a orientée vers la clinique d’oncologie de l’Hôpital pour enfants Stollery, je ne comprenais pas ce que le terme « oncologie » signifiait et je ne savais pas que j’apprendrais bientôt la vérité sur la cause de cette douleur insoutenable. En repensant à cette expérience aujourd’hui, aussi choquée que j’ai été par le diagnostic, j’ai presque éprouvé un sentiment de soulagement à l’idée que je ressentais effectivement cette douleur et que j’obtenais enfin une réponse. J’avais 13 ans et j’étais maintenant une patiente atteinte d’un cancer infantile… Ce n’est pas de cette façon que je souhaitais terminer mon année scolaire, mais j’étais prête à me battre!